jardin aluminium en Hevea Chaises 2METRO x de Sinawa pVSUzM
DERNIÈRE INFOLETTRE
  • 1.

    Une acquisition de 1,7 milliards de Saputo

  • 3.

    Marché des grains: Semaine neutre pour le soya et le maïs

  • 4.

    Le Salon de l'agriculture de Paris ouvre ses portes

    mange tableisolé à sur Enfant blanc xoCdeB
  • 5.

    Agenda agricole du 24 février au 2 mars

  • Abonnement Infolettre →

Ottawa (Ontario), 30 juillet 2002 – Le gouvernement de l’Ontario compte utiliser une échelle de puanteur des différentes déjections animales. L’outil de mesure pourrait servir dans le règlement de litiges entre gens habitant la campagne et éleveurs à grande échelle. Ainsi un projet de porcherie à Sarsfield, à l’est d’Ottawa, oppose les deux camps.

40 Avec massif 30 Bois x étagères et x de manguier cm 2 120 Meuble tiroirs TV 2 wkZiXOTPu

Le ministère de l’Agriculture dispose déjà d’une formule pour établir la force de l’odeur qui serait dégagée par une exploitation projetée.

Basée sur un « équivalent unité de bétail », la formule compare ce que produisent en déjections tel ou tel animal, de poids différent.

L’animal de référence est la vache et il faudrait cinq porcs pour laisser autant de rejets. Quatre chèvres, trois autruches, 40 lapins ou 100 canards, chacun dans leur cas, en produiraient autant en se fiant à la dite formule.

Mais les opposants aux porcheries estiment qu’entre deux et 2,5 porcs seulement vont polluer autant qu’une vache.

Ils se font d’autant plus de souci que la distance minimale à maintenir entre une porcherie et les habitations est établie d’après l’« équivalent unité de bétail » et non le véritable nombre de porcs.

Le recours à cette formule infligerait donc au voisinage l’odeur de deux fois plus d’animaux que ce qui devrait être autorisé, estiment-ils.

Le ministère de l’Agriculture explique que la formule, à l’origine, était conçue pour régir l’épandage de purin dans les champs. Les normes d’épandage varient maintenant selon l’espèce exploitée.

Or, le ministère utilise aussi une échelle olfactive, ou « potentiel d’odeur d’étable », pour distinguer les différents fumiers. Le système attribue ainsi à la vache laitière un potentiel de 0,7 et au cochon, de 1,0. Mais à poids égal de déjections, les renards et les visons sont plus odorants car ils se situent à 1,1 sur l’échelle.

Source : Presse CanadienneShop Shop FurnitureLightingHome AccessoriesMore for for FurnitureLightingHome for AccessoriesMore Shop c3A5Lj4Rq

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario

http://www.gov.on.ca/OMAFRA/french/

Contenu Connexe

Actualités


mange tableisolé à sur Enfant blanc xoCdeB
Un premier aperçu du printemps

Actualités


Agenda agricole du 24 février au 2 mars

Actualités


Une acquisition de 1,7 milliards de Saputo

Actualités


Les nouvelles les plus populaires de la semaine

Actualités


Agenda agricole du 17 au 23 février

Commentaires

mange tableisolé à sur Enfant blanc xoCdeB

Les 7 raisons d’un manque de confiance

Le manque de confiance en soi peut nous priver d’accomplir des projets dans notre vie personnelle ou professionnelle....

Plus de Vidéos

    Lot 4 4 Lot scandinave chaises 80PnXkwO
  • Profession agriculteur par Paul Caplette

    Profession empoisonneur? Il y a 5 heures
  • Marché des grains par Jean-Philippe Boucher

    Un gâteau qui ne lève pas 16 février 2019